Kyotobsession, chapitre 5.

Publié le par pierre alex

kyoto-chion-in.jpg


Au temple de  Chion-in, c'est la messe.
Ca porte sûrement un autre nom dans la religion boudhiste, mais je ne le connais pas. On entre, prière d'enlever ses chaussures.
Tout visiteur sera, lors de son séjour au Japon, amené à visiter un temple ou un sanctuaire. En face du bâtiment principal - alias LA chose à voir, celle pour laquelle on a fait le déplacement - une sorte de tire-lire en bois, rectangulaire. On jette une pièce, en général cinq ou dix yens. Et là, on ferme les yeux, on s'incline une ou deux fois, se redresse, on joint ses mains et, ma foi, on prie.

Expérience étonnante, grande première pour beaucoup.
La prière, c'est le point d'orgue de la visite d'un temple, il est difficile d'y couper. Chose étonnante, on s'y fait, et on peut même apprécier. Bêtement athée et méchamment anticuré, j'aime bien prier. C'est un moment où on pense à ceux qu'on aime et qui nous manque, et on demande pour eux la santé, l'amour, le bonheur. Des fois, on prie pour soi, et des fois pour la paix sur la terre ou la victoire de la gauche aux régionales. Sait-on jamais.

La prière fait partie du scénario d'usage du tourisme templier. Cela donne un but, une utilisation du lieu. En ce sens, on se l'approprie peut-être plus qu'en visitant la cathédrale de Notre-Dame.
Et ce n'est pas contraignant. Au Japon, la prière n'est pas vraiment rattachée à une ferveur religieuse. On prie chez les shintoistes ou les boudhistes, on se marie chez les catholiques, et je suis presque sûr qu'on fêterait l'Aïd el kebir si la chose était plus connue sous ces lattitudes. Peu de chances, par contre, que le Ramadan fasse beaucoup d'émules.

En général, on prie une divinité dédiée à ses affaires, sa profession. Les offrandes sont alors beaucoup plus conséquentes. Etrange cocktail, ici, que ce mélange entre religion et superstition. Ils semblent que les dieux japonais ne soient pas jaloux. Un point intéressant, qu'on pourrait, dans un atroce mouvement de généralisation abusive, appliquer à l'ensemble des habitants de l'archipel.

Au Japon, on ne croit pas mais on prie.



Publié dans ambiances

Commenter cet article

Laurent 28/01/2010 11:34


Texte beau, simplement. Le commentaire pourrait être long, mais non, c'est beau, simplement...


pierre alex 12/02/2010 17:59


Un commentaire qui fait plaisir, simplement ^^